ASSURANCE PENSION OBLIGATOIRE

L’assurance pension obligatoire en République de Croatie comprend l’assurance basée sur le principe de la solidarité intergénérationnelle (1er pilier) et l’assurance basée sur le principe de l’épargne individuelle capitalisée (2e pilier).

 Dans le cadre d’assurance pension basée sur le principe de la solidarité intergénérationnelle les assurés bénéficient des droits basés sur les principes de la réciprocité et de la solidarité en cas de décès, de réduction de la capacité de travail, de perte partielle ou totale de travail et de dommages corporelles. En cas de décès de l’assuré, des prestations spécifiques peuvent être accordées à ses proches.

L’Institut croate d’assurance pension (HZMO) gère le premier pilier de l’assurance pension basée sur le principe de la solidarité intergénérationnelle (1er pilier).

En savoir plus

Dans le cadre d’assurance pension basée sur le principe de l’épargne individuelle capitalisée (2e pilier) sont assurés les affiliés au 1er pilier de moins de 40 ans au jour de son entrée en vigueur (le 1er janvier 2002) ou au moment d’affiliation (salariés ou travailleurs indépendants) et les personnes âgées entre 40 et 50ans si elles ont choisi de s’affilier au 2ème pilier. Les personnes ayant atteint l’âge de 50 ans au 1er janvier 2002 ne sont affiliées qu’au 1er pilier.

Le Registre central des affiliés (REGOS) gère le deuxième pilier de l’assurance pension basée sur le principe de l’épargne individuelle capitalisée (2e pilier).

En savoir plus

 

Le financementdu système de retraite

Le financement du système deretraite obligatoire provient de cotisations des assurés, des employeurs et du budget de l’Etat à un taux de 20% du salaire ou de la base d’assurance. Pour les assurés affiliés à deux piliers, une cotisation de 15% est versée pour le premier et de 5% pour le deuxième pilier, et pour les assurés qui ne sont affiliés qu’au premier pilier, les 20% de la cotisation sont versées dans ce pilier.

Le Ministère des Finances ou l’administration fiscale est responsable de la collecte des contributions.

En savoir plus

  

Assurés 1er pilier

Dans le cadre d’assurance pension basée sur la solidarité intergénérationnelle sont assurées toutes les personnes exerçant une activité professionnelles, tels que les salariés ou travailleurs indépendants.

Cette expression englobe les groupes suivants :

  • travailleurs salariés et le personnel assimilé (personnes désignées, les élus etc.)
  • les stagiaires en milieu professionnel
  • les stagiaires de la formation professionnelle, selon la loi spéciale,
  • les professionnels indépendants (artisans, gérants des commerces indépendants, avocats, notaires, etc.),
  • des exploitants agricoles,
  • d’autres catégories de personnes (personnes s’occupant des anciens combattants et invalides de guerre, parents aidants, membres de conseil d’administration et directeursexécutifs de sociétés privées, liquidateurs
    sportifs professionnels, etc.), et autres.

Sur demande individuelle il est obligatoirement assuré un parent au chômage qui exerce des obligations parentales au cours de la première année de la vie d’un enfant, ainsi qu’un parent nourricier. En outre, il est obligatoirement assuré un parent soignant d’un enfant ayant une déficience intellectuelle ou un soignant d’une personne handicapée, pendant ce statut.

Le statut de l’assuré est déterminée sur la base d’une demande d’affiliation au régime d’assurance. La demande est déposée par:

  • l’employeur de l’assuré ou le contribuable, ou
  • l’assuré, lorsqu’il cotise au régime de pensions.

La personne dont le statut n’a pas été mis à jour peut demander à l’Institut croate d’assurance pension (ci-après: l’Institut) de rendre une décision sur la reconnaissance ou la radiation de son statut d’assuré.

 

La demande  doit être présentée auprès de l’antenne locale compétente de l’Institut, en fonction du siège de l’employeur (pour les salariés), son lieu de résidence ou son activité au plus tôt 8 jours avant le début du contrat et au plus tard avant de commencer le travail.

En savoir plus

À compter du 1er janvier 2014, tous les employeurs ou autres demandeurs responsables de plus de trois personnes assurées sont tenus de présenter une demande par voie électronique.   Le système de dépôt électronique (e-prijave) vous permet de vous inscrire ou vous désinscrire du régime assurance pension, de mettre à jour tout changement de situation, démarrage/cessation de l’activité du débiteur de contribution, ou modifications apportées aux données concernant le débiteur de contribution.

Plus d’informations sur le système de dépôt électronique (e-prijave)

 

Employeurs – sociétés établies dans d’autres états-membres de l’UE – Demande de personnes assurées auprès de HZMO

 

Tout employeur ayant son siège social dans un État membre de l’Union européenne sans une filiale ou société immatriculée en République de Croatie  a l’obligation de souscrire une assurance pension pour les travailleurs employés sur le territoire de la République de Croatie si ces travailleurs sont soumis à la législation croate en matière de sécurité sociale.

 

En tant qu’employeurs d’un État membre de l’UE, ces entreprises se font enregistrer de sorte que le Ministère des Finances de la République de Croatie – l’Administration fiscale leur attribue un numéro d’identification personnel (OIB). Conformément à l’article 21, paragraphe 1 du règlement (CE) nº 987/2009, un tel employeur est tenu d’accomplir les obligations prévues par la législation applicable à ses travailleurs (notamment l’obligation de verser les cotisations) comme si son siège social ou le siège de ses activités était situé dans l’État membre compétent.

 

Les employeurs mentionnés ci-dessus ont les mêmes obligations que les employeurs croates. Ils sont donc tenus de faire une demande d’attribution d’un identifiant OIB conformément aux dispositions de la loi sur le numéro d’identification personnel (OIB) et aux règlements d’application de cette loi.

 

Lors du dépôt du dossier de souscription d’assurance pour ses salariés auprès de l’organisme compétent, l’employeur/l’assuré est tenu de fournir le contrat de travail et l’attestation délivrée par le Ministère des Finances – l’Administration fiscale sur l’identifiant OIB attribué à l’employeur. Dans le cas où le contrat de travail n’a pas été fait en croate, sa traduction assermentée doit être jointe  à l’original de chaque pièce.

 

La demande d’assurance en Croatie dûment remplie, certifiée et signée peut également être présentée par un représentant autorisé de l’employeur ou un des employés.

 

Si le représentant/l’employé agissent au nom de l’employeur à cette occasion, la documentation signée doit être accompagnée d’une procuration certifiée, c’est-à-dire d’un accord écrit entre l’employé et l’employeur.

 

Lors du dépôt de la demande d’ouverture d’assurance (formulaire M-1P) et de la demande de résiliation d’assurance (formulaire M-2P) pour les employés, veuillez utiliser les formulaires précités. Afin de déposer votre demande, veuillez vous présenter à l’antenne locale de l’Institut, en fonction du lieu de résidence de la personne assurée.

 

En savoir plus

QUESTIONS ET RÉPONSES

Le bénéficiaire d’une pension qui poursuit ou reprend une activité soumise à l’obligation d’assurance verra la totalité de sa pension suspendue. À titre exceptionnel, la pension ne sera pas suspendue dans les cas suivants :

  • au bénéficiaire de la pension de vieillesse ou de la pension de vieillesse pour un retraité de longue durée ayant atteint l’âge de la retraite et immédiatement après, qui continue à travailler jusqu’à la moitié de temps plein avec un contrat de travail modifié ou qui est employé jusqu’à la moitié de temps plein,
  • au bénéficiaire de la pension de vieillesse anticipée qui pendant l’exercice de ses droits travaille jusqu’à la moitié de temps plein,
  • le bénéficiaire de pension d’invalidité en raison de l’incapacité de travail, qui lui a été accordée en vertu de l’ancienne Loi sur l’assurance retraite,
  • le bénéficiaire de pension d’invalidité en raison d’incapacité partielle de travail,
  • au bénéficiaire de la pension de vieillesse réalisée ou déterminée conformément au règlement particulier sur les droits à l’assurance pension du personnel militaire actif, des officiers de police et des agents autorisés au règlement spécial sur les droits à la pension des employés aux opérations de déminage qui pendant l’exercice de leurs droits travaillent:o             jusqu’à la moitié du temps plein avec une pension payée de 100% ou temps plein avec une pension payée de 50%
  • aux combattants croates de la guerre de la patrie, bénéficiaires de la pension de vieillesse ayant atteint l’âge de la retraite et qui continuent à travailler jusqu’à la moitié de temps plein ou qui sont employés jusqu’à la moitié de temps plein pendant l’exercice de leurs droits
  • les saisonniers agricoles retraités, engagés conformément à la législation relative à la promotion de l’emploi et d’autre législation régissant cette question attestant de manière explicite que la pension ne sera pas suspendue,
  • le bénéficiaire retraité qui touche un autre revenu (art. 17 de la Loi, par exemple sous le contrat de travail).

L’ouverture des droits à l’assurance pension émane de la reconnaissance de la qualité d’assuré. La qualité d’assuré sera reconnue par l’Institut sur la base de votre demande d’assurance.

Soumission de la déclaration

La déclaration est soumise par:

  • l’employeur de la personne assurée ou le débiteur de la contribution ou
  • l’assuré, quand il est lui-même le débiteur de la contribution pour le paiement des cotisations pour l’assurance pension.

La demande est déposée auprès de la succursale ou du bureau de l’Institut compétent pour le siège de l’employeur ou sa succursale (pour les employés), à savoir au lieu de résidence ou prestation des services / bureaux de poste de la Croatie, et le délai pour la déclaration de l’assurance est huit jours avant le début du travail, au plus tard avant le début du travail chez l’employeur (conclusion d’un contrat de travail, début de l’activité indépendante, etc.).

 

Fin de l’assurance

L’assurance prend fin dès la disparition des circonstances ayant servi de base lors de l’ouverture de droits.

– Lorsqu’il s’agit d’un assuré âgé de moins de 55 ans ou celui qui a totalisé moins de 10 ans d’affiliation au régime « retraite obligatoire » basée sur une épargne individuelle capitalisée ayant subi une perte totale de capacité de travail, une pension d’invalidité lui sera accordée comme s’il n’avait été affilié qu’au premier pilier.

– Lorsqu’il s’agit d’un assuré dans une assurance pensions obligatoire sur la base de la pension de vieillesse et de la pension de vieillesse anticipée, de la pension d’invalidité due à une incapacité générale de travail, de la pension d’invalidité due à la perte totale de la capacité de travail ou de la pension de réversion après le décès d’assuré réalisée dans des conditions plus favorables que celles prévues par cette loi, il est déterminé que l’assuré n’était assuré que par l’assurance pensions obligatoire sur la base de la solidarité entre générations.

– Lorsqu’il s’agit d’un assuré décédé qui avait moins de 55 ans ou celui qui a totalisé moins de 10 ans d’affiliation au régime « retraite obligatoire » basée sur une épargne individuelle capitalisée, une pension de réversion sera accordée à ses proches sur la base de son affiliation totale accomplie, comme s’il n’avait été affilié qu’au premier pilier.

– Lorsqu’il s’agit d’un assuré qui, en exerçant son droit à la pension de vieillesse ou à la la pension de vieillesse anticipée, a choisi par sa décision que la pension n’est considérée obligatoire que dans le premier pilier avec une pension de retraite.

Les contribuables ayant plus de trois employés doivent soumettre leurs demandes par voie électronique à partir du 1er janvier 2014.

Jusqu’au 30 juin 2013, les informations sur l’emploi à l’étranger ont été enregistrées par le bureau compétent de l’Institut dans le « livret d’ouvrier » en vertu de l’article 14 de l’Ordonnance sur le « livret d’ouvrier » (Journal officiel nº 14/96). Les dispositions de ladite Ordonnance n’étant plus applicables depuis l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne, l’Institut n’enregistre plus les données sur l’emploi à l’étranger dans le « livret d’ouvrier ».

Si elle le souhaite, la personne assurée se verra délivrer une attestation spéciale de périodes d’assurance accomplies à l’étranger, conformément à la documentation valable des institutions compétentes étrangères fournie à l’Institut. Si de tels documents n’existent pas, la personne assurée sera chargée d’initier la procédure de détermination des périodes d’assurance accomplies à l’étranger et son attestation lui pourra être délivrée à l’issue de cette procédure.

Le « livret d’ouvrier » est toujours reconnu comme un récapitulatif de votre carrière professionnelle avant le 30 juin 2013. Le « relevé de carrière électronique »  est lié aux données structurées sous forme électronique, liées au statut juridique de l’assuré figurant sur les attestations et le dossier électronique, et ne s’applique pas aux dispositifs physiques (carte, etc.). Le statut légal de l’assuré sera affichée sur la base de l’attestation ou de la relevé électronique.

Pour accéder à votre relevé électronique, il vous faut un nom d’utilisateur et un mot de passe pour pouvoir accéder à vos données personnelles disponibles sur le site web de l’Institut,  où il convient de remplir la demande de relevé électronique.

La demande d’attribution d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe doit être déposée auprès d’une antenne locale ou auprès du bureau central de l’Institut à Zagreb. Pour déposer votre demande, vous devez vous présenter personnellement.

L’Institut tient un registre relatif aux employés souscrits au régime d’assurance retraite conformément aux dispositions de la Loi sur l’assurance pension, sur la base des demandes présentées par l’employeur. Aucun formulaire spécifique n’est requis. Par contre, les employeurs sont toujours tenus d’inscrire leurs employés en utilisant le formulaire requis.

La République de Croatie a conclu avec la Bosnie-Herzégovine un contrat d’assurance sociale permettant de réaliser les droits à la pension en additionner des périodes d’assurance écoulées dans les deux États contractants. Etant donné que vous avez cotisé 10 ans en Bosnie-Herzégovine et que vous aurez droit à une pension de retraite en République de Croatie dans deux ans (à l’âge de 65 ans), veuillez vous adresser à l’antenne de l’Institut en fonction de votre lieu de résidence. Tout d’abord, veuillez présenter une demande de calcul des périodes de cotisation accomplies en Bosnie-Herzégovine, pour pouvoir bénéficier plus rapidement de la pension croate pour autant que toutes les conditions soient réunies. Le formulaire de demande est disponible dans les antennes locales de l’Institut croate de l’assurance pension, et sur son site internet.

Il est nécessaire de fournir une copie intégrale d’acte de décès à l’antenne locale de l’Institut qui assurait le versement de la pension. Après le partage officiel de la succession, vous devrez fournir une copie certifiée de la décision portant sur la succession dans lequel vous devez réclamez un montant dû et impayé de pension. La personne assurée, ou son héritier légal, a droit à une pension pour le mois entier dans lequel il est mort.

Le bénéficiaire d’une pension d’invalidité est soumis à un contrôle dans les trois ans suivant la réduction de la capacité de travail, la perte partielle ou totale de la capacité de travail indiquée dans la décision de l’Institut croate d’assurance pensions. Ce contrôle médical vise à vérifier l’état de santé des bénéficiaires de toute prestation d’invalidité et d’indemnisation des dommages corporels. Lors d’un contrôle médical, le médecin peut définir les délais d’un nouveau contrôle médical. Dans le cas d’un assuré dont la capacité de travail réduite, partielle ou totale, a été déterminée sur la base de documents médicaux soumis par l’organisme chargé de la gestion de l’assurance pension à l’étranger qui n’a pas établi son obligation d’un contrôle médical, les organismes compétents peuvent prévoir que ce bénéficiaire n’est donc pas soumis à l’obligation d’un contrôle médical.

Le Ministère chargé du système de la retraite et le Centre d’examen médical auprès de l’Institut peuvent effectuer un contrôle médical des personnes qui bénéficient des droits sur la base de capacité de travail réduite ou de la perte totale ou partielle de capacité de travail, des dommages corporelles ou de la perte totale de capacité de travail de ses proches, et il rend ensuite ses conclusions. Dans le cas où le bénéficiaire des droits ne se présente pas à ce contrôle et qu’il n’y a aucune raison objective (maladie, décès d’un proche, déplacement urgent et d’autres motifs raisonnables), le versement de l’allocation s’en trouvera suspendu, mais il sera rétabli dès que le bénéficiaire se sera soumis à ces contrôles, le premier jour du mois suivant le mois au cours duquel le contrôle médical a eu lieu. La rétroactivité peut couvrir un maximum de 12 mois.

Migracije